Le container, outil de la mondialisation

Le container est très utilisé pour sa grande modularité.
Le container est très utilisé pour sa grande modularité.

Les premiers containers sont à l’origine une idée du transporteur américain Malcolm McLean ; en tant que camionneur, il lui arrive de s’impatienter dans les ports quand il livre ou vient chercher des marchandises. Il commence alors à expédier des remorques de camions sans leur châssis entre New-York et Houston, et en 1956 il lui vient ainsi l’idée de réunir les colis, jusqu’ici manutentionnés un par un, dans une boîte qui passerait directement du navire au camion. Pour éviter les réglementations différentes des États lors du transport du Nord au Sud des États-Unis, le transporteur décide de passer par la mer, invente le container et acquiert une compagnie maritime.

 

Signe du succès de ce nouveau concept et de sa propagation rapide, dès 1961 l’ISO (International Organization for Standardization) fixe les dimensions du conteneur à 20 ou 40 pieds de longueur (6,096 ou 12,192 mètres très exactement), et ces normes sont toujours les plus utilisées de nos jours.

 

Un conteneur standard de 20 pieds mesure 2,591 mètres (8,5 pieds) de haut sur 2,438 m de large (8 pieds) et 6,096 m (20 pieds) de long ; cela représente environ 38,5 mètres cube, ce qui permet par exemple de déménager le contenu d'une petite maison.

 

En 1967, la Compagnie Générale Transatlantique met en service le Suffren et le Rochambeau. Les cales de ces cargos sont aménagées pour transporter des conteneurs. À partir de 1968 commence la mise en place des lignes de transport par conteneurs les plus importantes : c’est d’abord la ligne Nord-Atlantique entre la côte est des États-Unis et l’Europe, puis à partir d’octobre 1968 la ligne transpacifique entre le Japon et la côte ouest des États Unis. 

 

Maintenant, pourquoi avoir choisi comme titre « le container, outil de la mondialisation » ? Parce que, tous les économistes vous le diront, la mondialisation n’a été possible qu’a deux conditions : la première, la baisse des coûts des communications jusqu’à être complétement compressés avec l’arrivée d’Internet ; la seconde, la baisse des coûts de transport, ce qui a permis l’apparition d’économies d’échelles (ou bien la baisse du coût unitaire de production). Dans cette deuxième condition, le container joue un rôle primordial.

 

Effectivement, de nos jours, la majorité du commerce international se fait grâce aux conteneurs. Ces grandes « boîtes » rectangulaires de taille standardisée ont permis une véritable révolution dans le domaine des transports.

Ainsi, les containers ont des avantages énormes : leur modularité, tout d’abord, qui leur permet d’être facilement transporté en navires porte-conteneurs, puis en train, en semi-remorque… Il permet également un bon suivi logistique, une économie sur les emballages, et il peut être spécialisé selon les besoins en conteneur citerne ou en conteneur réfrigéré ; un conteneur peut tout transporter. Enfin, son dernier atout, et non le moindre, est sa rapidité de transbordement, qui se fait désormais 5 fois plus vite et avec 4 fois moins de main d’œuvre.

 

Néanmoins, ses inconvénients viennent un  peu contrebalancer ce tableau idyllique : son coût élevé, par exemple. Si vous souhaitez vous en offrir un, comptez 1 400 € en moyenne : avec 15 ans de vie, le container constitue un investissement qui se fait de long terme. Il y a également un coût d’entretien qui peut devenir très onéreux (pour la rouille, la peinture, voire des réparations à effectuer). Enfin, tous les ports ne sont pas équipés pour recevoir ces monstres que sont les porte-conteneurs actuels ; le plus grand, le Maersk Mc Kinney Møller, mesure 400 mètres de long sur 58 de large, et peut embarquer jusqu’à 18 270 containers de 20 pieds (voir image ci-dessous).

Une image de qualité médiocre mais qui rend bien compte du gigantisme du Maersk Mc Kinney Møller.
Une image de qualité médiocre mais qui rend bien compte du gigantisme du Maersk Mc Kinney Møller.

Écrire commentaire

Commentaires : 0